Combats de la poche d'Idleb (2019)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combats de la poche d'Idleb.
Combats de la poche d'Idleb

Informations générales
Date
(9 jours)
Lieu Gouvernorat d'Idleb, ouest du gouvernorat d'Alep, nord du gouvernorat de Hama
Issue Victoire de Hayat Tahrir al-Cham
Belligérants
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-ChamWataniaTahrirFlag.png Front national de libération
Commandants
Abou Mohammed al-Joulani• Fadil Allah al-Hajji
• Souhaib Layyouch
Forces en présence
30 000 hommes1,230 000 à 75 000 hommes3,4
Pertes
68 morts au moins561 morts au moins5
Civils : 8 morts au moins5

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 55′ 47″ nord, 36° 37′ 54″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Combats de la poche d'Idleb

Les combats de la poche d'Idleb ont lieu du au lors de la guerre civile syrienne.

Préludemodifier | modifier le code

Article détaillé : Zone démilitarisée à Idleb.

Après la victoire des loyalistes lors de l'offensive de Deraa, la région d'Idleb est une des dernières zones de Syrie encore contrôlée par les rebelles6,7,8. À l'été 2018, l'armée syrienne annonce son intention d'y lancer une offensive, mais elle se heurte à la Turquie, dont l'armée est déployée depuis près d'un an dans douze postes d'observation établis autour d'Idleb dans le cadre de l'instauration des « zones de désescalade » prévue par l'accord d'Astana9,10. Le , la Turquie parvient à obtenir un accord avec la Russie qui aboutit à la décision de créer une zone démilitarisée à Idleb11. Une trêve fragile s'installe alors12.

Fin 2018, Hayat Tahrir al-Cham contrôle 60 % de la poche d'Idleb et le Front national de libération (FNL), 40 %11. Les tensions restent cependant particulièrement vives entre les deux formations et en particulier entre Hayat Tahrir al-Cham et le Harakat Nour al-Din al-Zenki, considérée comme la plus radicale et la plus indépendante des factions du FNL11. La Turquie soutient le Front national de libération et cherche à affaiblir Hayat Tahrir al-Cham, mais sans vouloir entrer dans une confrontation directe avec lui, qui serait difficile et coûteuse et provoquerait probablement un nouvel exode de réfugiés13,14,15.

Déroulementmodifier | modifier le code

Évolutions dans la poche d'Idleb en janvier 2019.
Évolution de la situation dans la poche d'Idleb entre le 28 décembre 2018 et le 10 janvier 2019 :

Le , des affrontements éclatent dans l'ouest du gouvernorat d'Alep entre Hayat Tahrir al-Cham et le Harakat Nour al-Din al-Zenki, affilié au Front national de libération (FNL), après que les premiers ont accusé les seconds d'avoir assassiné cinq de leurs hommes la veille16,17,18. Les djihadistes s'emparent d'une partie de la petite ville de Darat Izza (en), de plusieurs localités environnantes, ainsi que de la chambre de commandement et d'opération de Nour al-Din al-Zenki, située sur la colline Baraka, à l'ouest de Darat Izza17.

Le 2 janvier, les combats gagnent en intensité et se propagent dans le nord et le sud-est du gouvernorat d'Idleb, ainsi que dans le nord-ouest du gouvernorat de Hama18,19,20. Le FNL annonce dans un communiqué la « mobilisation générale » pour « bloquer les agressions » de Hayat Tahrir al-Cham18. Plusieurs autres factions du FNL se joignent alors aux combats18. Cependant les djihadistes s'emparent de sept villages et localités au cours de la journée18. Ebaa, l'organe de propagande de Hayat Tahrir al-Cham, affirme également que plusieurs dizaines d'hommes du Harakat Nour al-Din al-Zenki ont été faits prisonniers18.

Le 4 janvier, les forces de Hayat Tahrir al-Cham remportent la victoire sur celles du Harakat Nour al-Din al-Zenki qu'elles parviennent à chasser du gouvernorat d'Alep11,21. Les hommes du Harakat Nour al-Din al-Zenki se replient sur Afrine, qui est contrôlée par l'Armée nationale syrienne et l'armée turque22. Les djihadistes prennent ainsi le contrôle de la base de Cheikh Souleimane, d'Ainjareh, de Khan al-Assal et de plusieurs autres localités11. Le groupe Faylaq al-Cham, également affilié au FNL, négocie l'évacuation des combattants du Harakat Nour al-Din al-Zenki, qui se replient vers le Nord, dans les zones contrôlées par l'Armée nationale syrienne11. Les djihadistes se seraient emparés de 25 chars et blindés lourds, de plusieurs dizaines de véhicules et de plusieurs dizaines de tonnes d'armes et de munitions23.

Le même jour, l'aviation russe mène ses premières frappes aériennes de l'année et cible des dépôts d’armes et de munitions abandonnés par le Harakat Nour al-Din al-Zenki près des villes de Darat-Izza et de Qabtan Al-Jabal, afin d'éviter qu'ils ne tombent aux mains de Hayat Tahrir al-Cham23. L'artillerie du régime syrien bombarde également des positions nouvellement conquises par les djihadistes23.

Dans la région d'Idleb, les rebelles du FNL parviennent cependant à contenir les djihadistes21. Le 4 janvier, des manifestations contre Hayat Tahrir al-Cham ont lieu à Maarat al-Nouman11.

Le 6 janvier, Hayat Tahrir al-Cham s'empare sans combattre de la ville d'Atarib, la plus importante localité de l'ouest du gouvernorat d'Alep24,13. Les combattants rebelles qui l'occupaient sont évacués vers Afrine24.

Les djihadistes s'emparent ensuite de plusieurs localités dans la plaine d'al-Ghab et progressent au sud d'Idleb vers Ariha et Maarat al-Nouman, les deux principales villes du gouvernorat d'Idleb aux mains du FNL25.

Le 9 janvier, Hayat Tahrir al-Cham conclut un accord avec le groupe Ahrar al-Cham, affilié au FNL, qui lui permet de prendre le contrôle des régions de Sahl Al-Ghab et de Jabal Chahchabo, dans le sud-ouest du gouvernorat d'Idleb et le nord-ouest du gouvernorat de Hama26. Hayat Tahrir al-Cham occupe alors 75 % de la poche d'Idleb, contre 20 % pour le Front national de libération et 5 % pour divers groupes djihadistes indépendants26.

Le matin du 10 janvier, Hayat Tahrir al-Cham et le Front national de libération signent un accord de trêve27,28. Selon ses termes, le gouvernorat d'Idleb passe entièrement sous l'administration du gouvernement de salut syrien27,28,15. Les forces locales d'Ahrar al-Cham sont dissoutes13. La police libre d'Idleb annonce également sa dissolution29. Les prisonniers faits par les deux camps sont échangés15. Les combattants du FNL peuvent rester dans la région et ceux qui refusent l'autorité des djihadistes peuvent se replier vers la région d'Afrine, contrôlée par l'Armée nationale syrienne22. De fait, la poche d'Idleb passe presque entièrement sous le contrôle d'Hayat Tahrir al-Cham et de groupes djihadistes alliés27,13,28,29.

Les pertesmodifier | modifier le code

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, du 1er au 9 janvier, au moins 68 hommes de Hayat Tahrir al-Cham et 61 hommes du Front national de libération sont tués, ainsi que huit civils, dont trois enfants5.

Conséquencesmodifier | modifier le code

La Turquie, soutien du Front national de libération, ne réagit pas à l'offensive de Hayat Tahrir al-Cham30,15. Cependant la défaite de ses alliés fragilise son influence dans la poche d'Idleb, de même que l'accord sur l'instauration d'une zone démilitarisée qu'elle avait conclu en septembre 2018 avec la Russie30,15.

Le 13 janvier, la Coalition nationale syrienne, le principal groupe de l'opposition en exil, dénonce dans un communiqué l'occupation de la province d'Idleb par Hayat Tahrir al-Cham, qu'il qualifie de « terroriste » et réclame une « solution radicale » pour mettre fin à la présence des djihadistes dans la région22.

Suite à la victoire de Hayat Tahrir al-Cham, l'armée arabe syrienne bombarde, avec l'aide de l'armée de l'air russe, le gouvernorat d'Idleb31.

En mars, la Turquie tente de mener des patrouilles pour dissuader les bombardements, sans succès. Les bombardements continuent et les services aux citoyens sont affectés32.

Voir aussimodifier | modifier le code

Liens externesmodifier | modifier le code

Vidéographiemodifier | modifier le code

Notes et référencesmodifier | modifier le code

  1. Fabrice Balanche, Preventing a Jihadist Factory in Idlib, The Washington Institute, 31 août 2017.
  2. Qui est Hayat Tahrir al-Cham, dans le viseur du régime à Idleb ?, OLJ avec AFP, 2 septembre 2018.
  3. Burak Karacaoglu, Esref Musa, 11 Syrian opposition groups form new front in Idlib, Agence Anadolu, 28 mai 2018.
  4. Luc Mathieu,A Idlib, «les plus chanceux n’ont perdu que leur maison», Libération, 14 octobre 2018.
  5. a b c et d After 9 days of bloody clashes, Hayyaat Tahrir al-Sham with the “jihadi” factions control about 80% of the area of what is left for the opposition factions within Syrian territory, OSDH, 9 janvier 2019.
  6. Delphine Minoui, Syrie : Idlib, le dernier acte de la reconquête pour Bachar el-Assad, Le Figaro, 22 août 2018.
  7. Laure Stephan et Madjid Zerrouky, Syrie : derniers préparatifs avant la bataille d’Idlib, Le Monde, 28 août 2018.
  8. Fabrice Balanche, Comprendre la bataille d'Idlib, Le Figaro, 10 septembre 2018.
  9. Syrie: une offensive du régime contre Idleb, un chemin semé d'embûches, AFP, 2 août 2018.
  10. [vidéo] Syrie : Idelb, un objectif commun pour Washington, Moscou, Ankara et Téhéran, France 24, 5 septembre 2018.
  11. a b c d e f et g Caroline Hayek, « Hay’at Tahrir al-Cham gagne du terrain sur les rebelles », OLJ, 5 janvier 2019.
  12. Madjid Zerrouky, Syrie : la Russie met la pression sur les rebelles, Le Monde, 26 novembre 2018.
  13. a b c et d [vidéo] « Syrie : les jihadistes de HTS ont progressivement pris le contrôle d'Idleb », France 24, 10 janvier 2019.
  14. Marie Jégo, Benjamin Barthe et Madjid Zerrouky, A Idlib, la Turquie s’emploie à neutraliser les groupes djihadistes, Le Monde, 4 octobre 2018.
  15. a b c d et e Caroline Hayek, Comment Ankara a perdu Idleb, OLJ, 11 janvier 2019.
  16. « Au moins 19 morts en Syrie dans des combats entre djihadistes et rebelles », AFP, 1er janvier 2019.
  17. a et b Paul Khalifeh, « Syrie : les jihadistes chassent les rebelles pro-turcs à l’ouest d’Alep », RFI, 1er janvier 2019.
  18. a b c d e et f « Syrie : des combats meurtriers entre jihadistes et rebelles gagnent Idleb », AFP, 2 janvier 2019.
  19. « Syrie : des dizaines de morts dans les combats entre jihadistes et rebelles », AFP, 3 janvier 2019.
  20. Paul Khalifeh, « Syrie : les combats entre jihadistes et rebelles s'étendent à Hama et Idleb », RFI, 3 janvier 2019.
  21. a et b Paul Khalifeh, « Les jihadistes chassent les rebelles pro-turcs de l'ouest de la province d'Alep », RFI, 5 janvier 2019.
  22. a b et c Syrie : le principal groupe de l'opposition en exil dénonce l'emprise jihadiste sur Idleb, AFP, 13 janvier 2019.
  23. a b et c Paul Khalifeh, « Syrie : l'aviation russe mène des raids contre des jihadistes à l'ouest d'Alep », RFI, 6 janvier 2019.
  24. a et b « Syrie : offensive jihadiste à l'ouest d'Alep », RFI, 7 janvier 2019.
  25. Tom Perry et Suleiman al-Khalidi, « Syrie : Les djihadistes de Tahrir al Cham gagnent du terrain à Idlib », Reuters, 8 janvier 2019.
  26. a et b « Syrie : les djihadistes prennent de nouveaux territoires aux rebelles », AFP, 9 janvier 2019.
  27. a b et c « Les jihadistes et les groupes rebelles en Syrie s'accordent sur le contrôle d'Idleb », France 24 avec AFP, 10 janvier 2018.
  28. a b et c « Idleb, ultime bastion insurgé syrien, passe intégralement à l'heure jihadiste », AFP, 10 janvier 2019/
  29. a et b Marie Jégo et Madjid Zerrouky, « Syrie : l’ordre djihadiste de Hayat Tahrir Al-Cham règne à Idlib », Le Monde, 15 janvier 2019.
  30. a et b Laure Stephan et Madjid Zerrouky, La Turquie confrontée à une poussée djihadiste à Idlib, Le Monde, 9 janvier 2019.
  31. (en) « Renewed shelling targets Syria’s Idlib province | Watch News Videos Online », sur Global News (consulté le 12 mars 2019)
  32. (en) Paul McLoughlin, « Syria's Idlib under attack, forcing humanitarian work to halt », sur alaraby (consulté le 12 mars 2019)